Sous la peau

Je dessine l’être, et non le visage. 

Celui qu’on a fait taire. 

Celui qu’on a interdit. 

 

Son histoire est censurée, sa personne. Sa vie, est mensongère.

Mais sous la peau est ce qui grouille et se déchaîne. Sous la peau : la mémoire du corps, et ses turbulences - c’est là qu’est la peinture.